topblog Ivoire blogs

26/02/2013

Vente de crevettes : 2600F / Kg

Bonjour à tous,
Nous recherchons un marché sérieux pour la vente en gros, demi gros et détail pour les crevettes


vente de crevettes,vente écrevisses,poisson,crevette,écrevisse,abidjan,aboisso,facebook,hollande,alassane,côte d'ivoire,kg,poisson,poulet,vente lapin,



vente de crevettes,vente écrevisses,poisson,crevette,écrevisse,abidjan,aboisso,facebook,hollande,alassane,côte d'ivoire,kg,poulet,vente lapin



vente de crevettes,vente écrevisses,poisson,crevette,écrevisse,abidjan,aboisso,facebook,hollande,alassane,côte d'ivoire,kg,poulet,vente lapin



Particulier, Maquis, Restaurants, Hôtels, Supermachés...passez vos commandes dès aujourd'hui.

Contacts:
ats_entreprise@yahoo.fr
Tél: 48 88 22 48 ou 02 11 70 43

09/01/2013

Tribunal militaire d’Abidjan:1 gendarme et 6 policiers risquent 12 mois à 3 ans de prison

corruption,vol,viol,abus de pouvoirs,côte d'ivoire,facebook,obama,ouattara,ange kessy,extorsion de fonds,police,gendarmerie toits rouges,abidjan,milan,justice,reconciliation,détention,arbitraire,complot,juges,tribunal militaire


Que le Tribunal Militaire d'Abidjan se penche sur le cas de l'affaire de la séquestration et extorsion de fonds du jeune chef d'entreprise de Yopougon avec menaces, signée des mains du procureur depuis le 05 octobre 2012 et qui traîne encore...que justice soit rendue là aussi



Corruption,vol,viol,abus de pouvoirs,côte d'ivoire,facebook,Obama,Ouattara,Ange kessy,extorsion de fonds,police,gendarmerie toits rouges,abidjan,milan,justice,reconciliation,détention,arbitraire, complot,juges,tribunal militaire abidjan




Il faut attendre demain, jeudi, pour connaître le verdict du tribunal militaire dans le procès des sept prévenus, un gendarme et six policiers, accusés d’extorsion de fonds, d’arrestation et séquestration illégale de trois usagers de transport en commun.

«Délibéré pour le jeudi 10 à 11h précises… la séance est levée». Telle est la décision du président du tribunal militaire d’Abidjan dans l’affaire de racket contre des agents des forces de l’ordre. L’audience a duré de 10 h à 18 h15.
« Le tribunal, garde-à-vous !» En milieu de matinée, hier, le commissaire du gouvernement, Ange Kessi Kouamé fait son entrée dans la ‘’Salle des audiences‘’ du Tribunal militaire d’Abidjan (Tma), au 17è étage de la Tour A à la Cité administrative, au Plateau. Le procureur militaire est suivi du président de l’institution, Koffi Kouadio et de quatre jurés. Ce sont le colonel de gendarmerie Vanié Bi, son collègue capitaine Adou Sylvain, le sous-lieutenant de police Trey Kakou Iréné et le sergent-chef Traoré Bangali, également de la police.
Derrière des bureaux, se tiennent debout les représentants de la partie civile (la défense) : les avocats civils Gohi Bi, Me Coulibaly Foumséké et le sous-lieutenant Koné Bénogo. Ils conseillent sept prévenus présents, débout dans le box des accusés. Ces derniers ne sont autres que le gendarme Mdl Ignace Kouadio Koffi, les sergents-chefs de police Michel Hili Kiéfon, Frank Koffi Monsékéha, Achille Dago Houanyou. Et, les sergents dudit corps, Fulgence Domoa Kodia, Guillaume Koffi Koffi, Eugène Affi Faguès K. Ces agents des forces de l’ordre sont accusés de « violation de consignes, extorsion de fonds » portant sur la somme de 3000 Fcfa à trois passagers, puis d’avoir « arrêté et détenu sans ordre» ces derniers. Les faits se sont déroulés le mercredi 21 décembre dernier au corridor d’Assouba, une bourgade située à quelques encablures de la ville d’Aboisso. Après les avoir entendus individuellement, le commissaire du gouvernement a requis 36 mois (3 ans) de prison pour les trois premiers et 12 mois (1 an) pour les quatre autres. Pour Ange Kessi, les faits sont «établis» au travers des déclarations faites par les prévenus. Ils sont montés à bord du véhicule de transport en commun, en ont extrait les voyageurs, les ont «conduits» à la guérite. Puis, ils les ont «obligés» à leur remettre de l’argent. «Dès lors que vous obligez quelqu’un à vous remettre de l’argent par des moyens détournés appelés des artifices, c’est de la tracasserie routière», a-t-il chargé. Pour ce qui est de l’arrestation illégale, il retient que les ‘’corps habillés‘’ ont fait «descendre» les intéressés avant de les emmener au poste où ils les ont «retenus» contre leur gré. Sur la violation des consignes, il a fait observer que «chacun fait ce qu’il veut au corridor» en opposition aux consignes données par la hiérarchie. Si les mis en cause ont tous rejeté les faits retenus contre eux, leur défense a tout naturellement battu en brèche l’offensive du procureur. Le trio défensif a repoussé «un dossier vide» et invité le tribunal à ne s’en tenir qu’aux faits, rien qu’aux faits. Encore faut-il qu’ils soient établis s’ils étaient avérés, s’est réservé Mé Gohi Bi. «Vous ne pouvez pas dire qu’on condamne des gens tant que l’investigation n’est pas finie», a esquivé le conseil, priant le TMA de lui «démontrer» l’existence des faits reprochés à ses clients. Me Koné dénonce une «contradiction» dans les déclarations des plaignants. Qui, dans leur déposition, disent avoir «formellement» identifié le sergent chef Hili comme étant celui à qui ils ont remis la somme. La défense a été confortée dans son argumentaire par l’absence des accusateurs et l’audition selon elle de «témoins fantômes».
Les plaignants sont les sieurs Bambara Daouda, Lenguani Boubacar et Lenguani Moussa de nationalité burkinabé. Ils disent avoir été rackettés par un «homme un peu noir, de petite taille» qui portait l’uniforme Kaki de police. Leur frère Bambara Moumouni, Ivoirien, lui aussi passager du car, avait été «très prolixe et précis » dans son accusation. Mais comme les autres, il a brillé par son absence. Un impair de plus, a soutenu la défense, qui mérite la «relaxe» de leurs clients.

Bidi Ignace
Source: Abidjan.net

26/11/2012

Gendarmerie de Toîts-rouges : Un Jenue Chef d'entreprise, contraint de payer 100.000F, est séquestré de 09h à 20h 40mn,

GENDARMERIE DE YOPOUGON TOITS-ROUGES : 17 SEPTEMBRE 2012

Abidajan,Youpougon,toits rouge, innocent,prison,abus de pouvoir, gendarme,gendarmerie,cb,cba,mdl,mdl chef brou,tribunal,tribunal militaire,facebook, yahoo,affaires,avocats bareaux,juges,présidence,allassane,dominique ouattara


Ces événements se déroulent de 09h à 20h 40 mn

Un jeune chef d’entreprise séquestré et abusé par un gendarme de 09h à 20h 40mn avec la complicité directe de son Commandant de Briarde Adjoint _CBA.

LE RESUME DES FAITS : POUR SAVOIR LES DETAILS APPELEZ LE 09.999.755 / 02 11 70 43

Un client s’adresse l’entreprise Africa Technologies and Services pour l’achat à crédit sur 3 mois d’un ordinateur portable d’une valeur de 380.000F. Le client signe le contrat et les conditions de vente et fait une première avance de 100.00F sur 250.000F, condition pour recevoir l’appareil et payer les 130.000F restants dans le délai de 3 mois.
Quelques jours après, le client revient se présenter à l’entreprise et dit qu’il veut un ordinateur d’occasion de dernière génération à 200.000F en lieu en place de son engagement. Cette nouvelle exigence, hors contrat de vente, du client n’a pu être satisfaite. Le client décide alors, sans avertissement de l’autre partie, de rompre le contrat en cours et exige avec menace que sa première avance de 100.000F lui soit rendue sans délai et sans pénalité pour rupture abusive de contrat, alors qu’il devait verser 150.000F pour prendre sa machine.
L’entreprise dit être d’accord pour le remboursement mais avec des frais de pénalité. Ce que le client a refusé et pris une convocation à la gendarmerie de Yopougon Toits-rouges, contre le chef d’entreprise.

LE RESUME DES FAITS DE LA GENDARMERIE :

Les choses sont allées vraiment très vite dans cette gendarmerie.
Le chef d’entreprise se présente à peine avec la convocation qu’il essuie déjà des insultes et des fausses accusations de la part du gendarme en la personne de MDL Chef Brou. Le jeune chef d’entreprise se voit confisquer sa mallette de travail et tout ce qu’il portait sur lui. Il est traité d’escroc et d’usurpateur de titre. Le jeune chef d’entreprise a présenté à ce gendarme tous les documents de son entreprise avec des photos de sa situation géographique pour prouver qu’il était loin d’être un escroc. Mieux, il aussi présenté tous les documents qui prouvent que le client, qui a largement dépassé l’âge de la majorité, avait signé un contrat avec son entreprise, et c’est le client plutôt qui est en faute pour rupture abusive de contrat. Mais hélas, le gendarme n’a même pas jeté un coup d’œil sur lesdits documents. Le comble, il déclare ne pas savoir lire et menace de le faire déférer le lendemain.
Il lui passe donc les menottes et le jeté au trou de 10h à 20h 40, sans eau et nourriture, alors qu’il était malade et sous traitement.

Mais avant, il a contraint les parents, sous la menace a payer les 100.000F du client. Il a aussi menacé les parents de payer 50.000F à lui le MDL Chef Brou et à son CBA pour ne pas que je parte en prison.

Chers amis, chers frères et sœurs, chers entrepreneurs et futures entrepreneurs,
Voilà comment beaucoup d’innocent souffrent en prison. Voici pourquoi les gens ne veulent plus rien faire de juste pour leur pays. Voici pourquoi des gens meurent un matin sans cause.
Des graines pourries comme ce soit disant MDL chef Brou doivent être traqués avec tout les dispositifs qui puissent exister sur terre afin d’être éternellement mis hors d’état de nuire.
Mais hélas, les MDL Chef sont au-dessus de loi et personne ne peut les rappeler à l’ordre. Chaque jour, ils tuent ils volent, ils violent et y’a rien c’est la loi des armes qui est la plus juste. Pauvre de nous, pauvre Côte d’Ivoire.

NB : Cette affaire est civile et aucun gendarme, quelque soit son grade, ne doit et ne peut la juger. Mais le MDL Chef brou et son CBA dit avoir reçus l’ordre de leurs supérieurs hiérarchiques pour la juger et la faire condamner. Ce qu’ils ont fait…

L’ACTION DU JEUNE CHEF D’ENTREPRISE :

La mardi 18 septembre, je porte plainte contre ce gendarme devant le Tribunal Militaire d’Abidjan. L’affaire est signée des mains du Commissaire du Gouvernement et date du 05 octobre 2012…et restée lettre morte.
Je reçois alors beaucoup de menaces et l’affaire est étouffée par la gendarmerie de Yopougon pendant 2 mois.
Je poursuis coute que coute cette affaire et le dossier est rouvert mais toujours boiteux.
Je suis aujourd’hui sans emploi et mon assistante aussi. Mon image et celui de mon entreprise sont ternies, tout le monde me traite de ce que je ne suis pas, plus de client ne me fréquente car la nouvelle de mon arrestation a vite fait le tour de ma zone d’exercice. Mais le gendarme lui, perçois chaque fin de mois son salaire de l’état et le salaire de ses escroqueries et vit peinard. Pauvre de nous, pauvre Côte d’Ivoire : il suffit d’avoir une arme à feu pour vivre et exister.

APPEL A TOUS !
Que le peu de gens qui aiment la justice face un bloc et qu’aujourd’hui on essaie de faire triompher la justice. Que vous soyez : Elèves, Hommes de droits, Femmes, Hommes, Vieux, Enfants, Forces de l’Ordre, Députés, Maires, Ministres, Président de la République, etc.
Agissons maintenant et tout de suite !

Nb : Tous les documents et preuves relatives à cette affaire sont disponibles sur simple demande pour les hommes de droits et les journalistes qui veulent faire avancer l’affaire.

Le jeune Chef d’entreprise a urgemment besoin d’avocats pour préparer l’audience.

Contact : 09 999.755 ou 02 11 70 43

Affaires à suivre...


03/10/2012

www.4afriacbeauties.com Nous vous offrons le Bonheur !


Pub Milan Agence_0012.JPG



) Plus de 6 000 Femmes utilisent notre site
) En moyenne 100 nouvelles inscrites par jour
) Des rencontres physiques fréquentes
) Des voyages effectués pour rejoindre des correspondants
) Des cadeaux offerts aux femmes chaque jour
) Des mariages déjà célébrés
) Des récompenses offertes par nous aux femmes actives

Inscrivez-vous vite en Agence et Vivez votre Rêve !!!
Tél.: (+225) 48 88 22 48
(+225) 02 11 70 43