topblog Ivoire blogs

09/01/2013

Tribunal militaire d’Abidjan:1 gendarme et 6 policiers risquent 12 mois à 3 ans de prison

corruption,vol,viol,abus de pouvoirs,côte d'ivoire,facebook,obama,ouattara,ange kessy,extorsion de fonds,police,gendarmerie toits rouges,abidjan,milan,justice,reconciliation,détention,arbitraire,complot,juges,tribunal militaire


Que le Tribunal Militaire d'Abidjan se penche sur le cas de l'affaire de la séquestration et extorsion de fonds du jeune chef d'entreprise de Yopougon avec menaces, signée des mains du procureur depuis le 05 octobre 2012 et qui traîne encore...que justice soit rendue là aussi



Corruption,vol,viol,abus de pouvoirs,côte d'ivoire,facebook,Obama,Ouattara,Ange kessy,extorsion de fonds,police,gendarmerie toits rouges,abidjan,milan,justice,reconciliation,détention,arbitraire, complot,juges,tribunal militaire abidjan




Il faut attendre demain, jeudi, pour connaître le verdict du tribunal militaire dans le procès des sept prévenus, un gendarme et six policiers, accusés d’extorsion de fonds, d’arrestation et séquestration illégale de trois usagers de transport en commun.

«Délibéré pour le jeudi 10 à 11h précises… la séance est levée». Telle est la décision du président du tribunal militaire d’Abidjan dans l’affaire de racket contre des agents des forces de l’ordre. L’audience a duré de 10 h à 18 h15.
« Le tribunal, garde-à-vous !» En milieu de matinée, hier, le commissaire du gouvernement, Ange Kessi Kouamé fait son entrée dans la ‘’Salle des audiences‘’ du Tribunal militaire d’Abidjan (Tma), au 17è étage de la Tour A à la Cité administrative, au Plateau. Le procureur militaire est suivi du président de l’institution, Koffi Kouadio et de quatre jurés. Ce sont le colonel de gendarmerie Vanié Bi, son collègue capitaine Adou Sylvain, le sous-lieutenant de police Trey Kakou Iréné et le sergent-chef Traoré Bangali, également de la police.
Derrière des bureaux, se tiennent debout les représentants de la partie civile (la défense) : les avocats civils Gohi Bi, Me Coulibaly Foumséké et le sous-lieutenant Koné Bénogo. Ils conseillent sept prévenus présents, débout dans le box des accusés. Ces derniers ne sont autres que le gendarme Mdl Ignace Kouadio Koffi, les sergents-chefs de police Michel Hili Kiéfon, Frank Koffi Monsékéha, Achille Dago Houanyou. Et, les sergents dudit corps, Fulgence Domoa Kodia, Guillaume Koffi Koffi, Eugène Affi Faguès K. Ces agents des forces de l’ordre sont accusés de « violation de consignes, extorsion de fonds » portant sur la somme de 3000 Fcfa à trois passagers, puis d’avoir « arrêté et détenu sans ordre» ces derniers. Les faits se sont déroulés le mercredi 21 décembre dernier au corridor d’Assouba, une bourgade située à quelques encablures de la ville d’Aboisso. Après les avoir entendus individuellement, le commissaire du gouvernement a requis 36 mois (3 ans) de prison pour les trois premiers et 12 mois (1 an) pour les quatre autres. Pour Ange Kessi, les faits sont «établis» au travers des déclarations faites par les prévenus. Ils sont montés à bord du véhicule de transport en commun, en ont extrait les voyageurs, les ont «conduits» à la guérite. Puis, ils les ont «obligés» à leur remettre de l’argent. «Dès lors que vous obligez quelqu’un à vous remettre de l’argent par des moyens détournés appelés des artifices, c’est de la tracasserie routière», a-t-il chargé. Pour ce qui est de l’arrestation illégale, il retient que les ‘’corps habillés‘’ ont fait «descendre» les intéressés avant de les emmener au poste où ils les ont «retenus» contre leur gré. Sur la violation des consignes, il a fait observer que «chacun fait ce qu’il veut au corridor» en opposition aux consignes données par la hiérarchie. Si les mis en cause ont tous rejeté les faits retenus contre eux, leur défense a tout naturellement battu en brèche l’offensive du procureur. Le trio défensif a repoussé «un dossier vide» et invité le tribunal à ne s’en tenir qu’aux faits, rien qu’aux faits. Encore faut-il qu’ils soient établis s’ils étaient avérés, s’est réservé Mé Gohi Bi. «Vous ne pouvez pas dire qu’on condamne des gens tant que l’investigation n’est pas finie», a esquivé le conseil, priant le TMA de lui «démontrer» l’existence des faits reprochés à ses clients. Me Koné dénonce une «contradiction» dans les déclarations des plaignants. Qui, dans leur déposition, disent avoir «formellement» identifié le sergent chef Hili comme étant celui à qui ils ont remis la somme. La défense a été confortée dans son argumentaire par l’absence des accusateurs et l’audition selon elle de «témoins fantômes».
Les plaignants sont les sieurs Bambara Daouda, Lenguani Boubacar et Lenguani Moussa de nationalité burkinabé. Ils disent avoir été rackettés par un «homme un peu noir, de petite taille» qui portait l’uniforme Kaki de police. Leur frère Bambara Moumouni, Ivoirien, lui aussi passager du car, avait été «très prolixe et précis » dans son accusation. Mais comme les autres, il a brillé par son absence. Un impair de plus, a soutenu la défense, qui mérite la «relaxe» de leurs clients.

Bidi Ignace
Source: Abidjan.net

11/02/2011

FOOTBALL

Le Real reste le plus riche

Le Real Madrid reste le club le plus riche du monde, pour la sixième année consécutive, selon le rapport annuel publié par le cabinet Deloitte. Ce classement concerne les clubs qui dégagent les revenus plus importants sur une saison. Il ne tient pas compte du patrimoine et des dépenses.30.jpg16.jpg

Avec 438,6 millions d'euros de chiffre d'affaires, le Real Madrid conserve pour la sixième année consécutive la tête de ce classement qui répertorie les 20 clubs les plus riches. Le club merengue a toujours occupé cette place depuis la création du "Deloitte Football Money League table", publié pour la première fois début 2006.Le FC Barcelone, qui s'était emparé de la 2e place l'an dernier au détriment de Manchester United, figure de nouveau au second rang avec 398,1 M euros de revenus, loin derrière le Real Madrid.

Lire la suite

10/02/2011

Structures sanitaires

Des poches de sang souillé circulent
A Korhogo, il a été découvert une clinique privée qui vend des poches de sang parallèles à des patients. «Nous remettons en cause la qualité de ce sang produit de façon parallèle et qui ne respecte pas les normes de qualité requise par l’Oms (Ndlr, Organisation mondiale de la santé) donc dangereux pour la santé des populations», a laissé entendre Dr Yao Patrice, directeur régional du centre de transfusion sanguine. En effet, profitant de la défaillance de la banque de sang, des structures de santé, sans équipements adéquats, ont fait de la transfusion sanguine à des patients dont certains en sont morts, a précisé le préfet de région des Savanes, Préfet du département de Korhogo, Daouda Ouattara.

Lire la suite

14/01/2011

ANGOLA: José Eduardo Dos Santos possède une fortune de 31 milliards de dollars américains

225px-José_Eduardo_dos_Santos_3.jpgVoici le portrait du principal soutien au plan international de Laurent Gbagbo

La République populaire d'Angola possède une immense richesse minière, pétrolière et forestière. Malgré toute cette richesse, la population angolaise vit avec moins de 20 centimes d'euro par jour. L'Angola est le pays où la vie est la plus chère du monde.

Le président angolais José Eduardo Dos Santos, au pouvoir depuis 1979, reste le chef d'Etat d'un des pays les plus corrompus au monde. Nous avons décidé de mettre au clair la pratique de ce régime au grand jour, ici nous allons évoquer la richesse de la famille présidentielle.

José Eduardo Dos Santos possède une fortune de 31 milliards de dollars américains dans les banques européennes dissimulée dans plusieurs pays.

Ce président est associé au blanchiment d'argent, à la plus haute corruption et au détournement des fons du pétrole en provenance du territoire du Cabinda, un ancien protectorat portugais jusqu'à 1975. Alors en découvrant la richesse de cette famille, nous sommes stupéfaits car la famille de José Eduardo Dos Santos a un immense patrimoine immobilier en Europe : appartements, maisons, hôtels et villa achetées depuis qu'ils sont au pouvoir.

Des comptes banquaires fiscaux offshore ont été ouverts en Belgique, à Malte, au Luxembourg, à Hong-Kong et à Londres pour ne citer que ces pays.

Lire la suite