topblog Ivoire blogs

24/02/2017

REJOIGNEZ PAYONEER : LA MASTERCARD INTERNATIONAL GRATUITE !

Cliquez sur le lien ci-dessous pour recevoir une Mastercard

payoneer,mastercard,international,mlm,markéting de réseau,paiements,argent,internet,donal trump,obama
eN1bhHbQKmPH4R14C165w2yYyeurm0oqlpuaEqncWgvDyX5zD60Dw3zlg...

NB: Votre Mastercard vous sera livrez gratuitement en 2 semaines

payoneer,mastercard,international,mlm,markéting de réseau,paiements,argent,internet,donal trump,obama

09/01/2013

Tribunal militaire d’Abidjan:1 gendarme et 6 policiers risquent 12 mois à 3 ans de prison

corruption,vol,viol,abus de pouvoirs,côte d'ivoire,facebook,obama,ouattara,ange kessy,extorsion de fonds,police,gendarmerie toits rouges,abidjan,milan,justice,reconciliation,détention,arbitraire,complot,juges,tribunal militaire


Que le Tribunal Militaire d'Abidjan se penche sur le cas de l'affaire de la séquestration et extorsion de fonds du jeune chef d'entreprise de Yopougon avec menaces, signée des mains du procureur depuis le 05 octobre 2012 et qui traîne encore...que justice soit rendue là aussi



Corruption,vol,viol,abus de pouvoirs,côte d'ivoire,facebook,Obama,Ouattara,Ange kessy,extorsion de fonds,police,gendarmerie toits rouges,abidjan,milan,justice,reconciliation,détention,arbitraire, complot,juges,tribunal militaire abidjan




Il faut attendre demain, jeudi, pour connaître le verdict du tribunal militaire dans le procès des sept prévenus, un gendarme et six policiers, accusés d’extorsion de fonds, d’arrestation et séquestration illégale de trois usagers de transport en commun.

«Délibéré pour le jeudi 10 à 11h précises… la séance est levée». Telle est la décision du président du tribunal militaire d’Abidjan dans l’affaire de racket contre des agents des forces de l’ordre. L’audience a duré de 10 h à 18 h15.
« Le tribunal, garde-à-vous !» En milieu de matinée, hier, le commissaire du gouvernement, Ange Kessi Kouamé fait son entrée dans la ‘’Salle des audiences‘’ du Tribunal militaire d’Abidjan (Tma), au 17è étage de la Tour A à la Cité administrative, au Plateau. Le procureur militaire est suivi du président de l’institution, Koffi Kouadio et de quatre jurés. Ce sont le colonel de gendarmerie Vanié Bi, son collègue capitaine Adou Sylvain, le sous-lieutenant de police Trey Kakou Iréné et le sergent-chef Traoré Bangali, également de la police.
Derrière des bureaux, se tiennent debout les représentants de la partie civile (la défense) : les avocats civils Gohi Bi, Me Coulibaly Foumséké et le sous-lieutenant Koné Bénogo. Ils conseillent sept prévenus présents, débout dans le box des accusés. Ces derniers ne sont autres que le gendarme Mdl Ignace Kouadio Koffi, les sergents-chefs de police Michel Hili Kiéfon, Frank Koffi Monsékéha, Achille Dago Houanyou. Et, les sergents dudit corps, Fulgence Domoa Kodia, Guillaume Koffi Koffi, Eugène Affi Faguès K. Ces agents des forces de l’ordre sont accusés de « violation de consignes, extorsion de fonds » portant sur la somme de 3000 Fcfa à trois passagers, puis d’avoir « arrêté et détenu sans ordre» ces derniers. Les faits se sont déroulés le mercredi 21 décembre dernier au corridor d’Assouba, une bourgade située à quelques encablures de la ville d’Aboisso. Après les avoir entendus individuellement, le commissaire du gouvernement a requis 36 mois (3 ans) de prison pour les trois premiers et 12 mois (1 an) pour les quatre autres. Pour Ange Kessi, les faits sont «établis» au travers des déclarations faites par les prévenus. Ils sont montés à bord du véhicule de transport en commun, en ont extrait les voyageurs, les ont «conduits» à la guérite. Puis, ils les ont «obligés» à leur remettre de l’argent. «Dès lors que vous obligez quelqu’un à vous remettre de l’argent par des moyens détournés appelés des artifices, c’est de la tracasserie routière», a-t-il chargé. Pour ce qui est de l’arrestation illégale, il retient que les ‘’corps habillés‘’ ont fait «descendre» les intéressés avant de les emmener au poste où ils les ont «retenus» contre leur gré. Sur la violation des consignes, il a fait observer que «chacun fait ce qu’il veut au corridor» en opposition aux consignes données par la hiérarchie. Si les mis en cause ont tous rejeté les faits retenus contre eux, leur défense a tout naturellement battu en brèche l’offensive du procureur. Le trio défensif a repoussé «un dossier vide» et invité le tribunal à ne s’en tenir qu’aux faits, rien qu’aux faits. Encore faut-il qu’ils soient établis s’ils étaient avérés, s’est réservé Mé Gohi Bi. «Vous ne pouvez pas dire qu’on condamne des gens tant que l’investigation n’est pas finie», a esquivé le conseil, priant le TMA de lui «démontrer» l’existence des faits reprochés à ses clients. Me Koné dénonce une «contradiction» dans les déclarations des plaignants. Qui, dans leur déposition, disent avoir «formellement» identifié le sergent chef Hili comme étant celui à qui ils ont remis la somme. La défense a été confortée dans son argumentaire par l’absence des accusateurs et l’audition selon elle de «témoins fantômes».
Les plaignants sont les sieurs Bambara Daouda, Lenguani Boubacar et Lenguani Moussa de nationalité burkinabé. Ils disent avoir été rackettés par un «homme un peu noir, de petite taille» qui portait l’uniforme Kaki de police. Leur frère Bambara Moumouni, Ivoirien, lui aussi passager du car, avait été «très prolixe et précis » dans son accusation. Mais comme les autres, il a brillé par son absence. Un impair de plus, a soutenu la défense, qui mérite la «relaxe» de leurs clients.

Bidi Ignace
Source: Abidjan.net